11/09/2012

Quand le web porno devient philanthrope

"Porn with heart" : non, il ne s'agit pas d'un nouveau type de pornographie soft et fleur bleue, mais du slogan de Come4.org, un site xxx à vocation... philanthropique. "La pornographie en ligne génère 100 milliards de dollars de revenus par an", assurent les fondateurs de Come4.org. "Imaginez que nous puissions récolter ne serait-ce qu'un pourcent de cet argent : combien de bonnes choses pourrions-nous financer avec un milliard de dollars ?"

pornographie,porno,come4,philanthropie,don

Le site, en cours de lancement, compte reverser l'argent généré par la publicité à des organisations caritatives. La pub au service de la bonne cause est assez répandue sur le web : plusieurs moteurs de recherche, plateformes d'e-mails ou encore jeux en ligne fonctionnent sur ce principe. Côté pornographie, on connaissait déjà l'association norvégienne écolo Fuck for Forest, qui réalisait des films xxx accessibles sur son site contre paiement. L'argent était ensuite redistribué à des ONG de défense de l'environnement.

Eviter les travers du web porno

Mais toutes n'ont pas accueilli ces dons à bras ouverts. Certaines, comme WWF, ont refusé les 15.000 dollars proposés par Fuck for Forest afin de préserver leur "crédibilité". Pour rassurer les internautes, Come4.org doit montrer patte blanche et ses fondateurs assurent qu'ils ne tomberont pas dans les travers classiques du web pornographique. Ils promettent la transparence financière, le respect des données privées de ses utilisateurs et assurent qu'aucun contenu de nature pédophile, zoophile ou violente ne sera toléré sur le site.

Pour le moment, Come4.org n'en est qu'à l'état de projet. Ses deux fondateurs ont besoin de 10.000 euros pour rémunérer les développeurs et louer des serveurs nécessaires au lancement du site. Ils ont pour cela décidé de faire appel aux internautes sur la plateforme de crowdfunding Ulule. Sachant qu'un tiers du traffic en ligne serait lié à la pornographie, Come4.org devrait pouvoir, sans difficulté, trouver rapidement de généreux adeptes.

06/06/2012

Cinq outils pour surfer solidaire

Et si le simple fait de naviguer sur internet vous permettait de donner à des organisations caritatives... le tout sans débourser un centime ? C'est ce que proposent de plus en plus de services en ligne. En envoyant un e-mail ou en achetant des chaussures, la plupart de vos actions en ligne peuvent désormais se transformer en actes charitables. Voici cinq outils qui vous permettent, au quotidien, de surfer solidaire.

Rechercher de l'info avec Benelab

Décrochez de Google pour commencer, et rendez-vous sur Benelab. Lancé par un groupe d'ados américains, ce moteur de recherche reverse 100% de ses revenus à des ONG. Chaque mois, une cause est sélectionnée et un objectif de dons affiché sur la page d'accueil. Pour toute recherche effectuée, Benelab vous informe de votre don. "Vous avez donné l'équivalent de 26 grains de riz, 6 verres d'eau et 4 secondes de travail". Le tout est financé comme la plupart des moteurs de recherche, à l'aide de publicités. Quant à la qualité du service, pas d'inquiétude : ce sont les résultats de Bing qui vous sont proposés.

benelab

Envoyer des mails Avec GiveBackMail

Les dizaines d'e-mails que vous envoyez chaque jour peuvent aussi aider certaines causes. Et ce grâce à GiveBackMail, une plateforme d'e-mail en ligne qui fait un don à une ONG chaque fois que vous l'utilisez. Elle propose des fonctionnalités classiques, à la manière de Gmail et des autres. Et, comme eux, elle impose à ses utilisateurs de la publicité. Mais cette fois-ci, 25% des revenus générés sont reversés à l'organisation caritative de votre choix. Pour l'utiliser, pas besoin de changer d'adresse mail : elle gère les comptes Gmail, Yahoo!, Hotmail et AOL, en multicomptes si besoin. Quand on sait que 294 milliards d'e-mails sont envoyés chaque jour, le potentiel d'une telle initiative laisse rêveur. 

5givebackmail.jpg

Faire ses courses en ligne avec CauseCart

Si vous êtes un habitué des grands sites d'e-commerce comme Amazon, jetez-vous sur CauseCart, une extension pour Chrome et Firefox. A chaque achat que vous effectuerez sur un site d'e-commerce partenaire, il donnera 5% du montant à CauseCart, sans que cela ne vous coûte un centime supplémentaire. CauseCart reversa ensuite un pourcentage de la somme reçue à des ONG. Pourcentage qui augmentera si vous parlez de cette extension à vos contacts...

5causecart.PNG

Surfer sans pub avec Winiti

A l'image d'Ad Block Plus, Winiti est une extension Firefox permettant de bloquer la publicité des sites web que vous visitez. Parallèlement, elle vous transmet de temps en temps des questionnaires anonymes pour alimenter des études statistiques revendues à des entreprises. Une partie de l'argent ainsi récolté est reversé à des ONG. Jusqu'ici, cette petite entreprise française a réussi à verser 36.000 euros à des organisations telles que WWF, Perce Neige, la SNSM ou encore la Fondation Nicolas Hulot.

5winiti.jpg

Avec Donate your Desktop, ça marche aussi hors connexion

Vous fermez votre navigateur, votre journée de travail est terminée, fini internet... mais vous pouvez toujours continuer à donner ! Le programme Donate Your Desktop génère des fonds d'écran pour votre bureau, Windows ou Mac, chaque jour différents. Et sponsorisés. 75% de l'argent obtenu ainsi est reversé à l'association caritative de votre choix, parmi lesquelles Oxfam ou encore WWF.

5donateyourdesktop.jpg

Tous ces outils et tous ces dons ne vous coûtent rien... à part du temps de cerveau disponible. Vous l'aurez remarqué, pour donner sans débourser un centime, il faut visionner de la publicité - ou donner des informations à des entreprises, dans le cas de Winiti. Du marketing au profit de sociétés dont les intérêts vont parfois directement à l'encontre des causes défendues par les ONG soutenues... Vous me suivez ? Alors à vous de voir. Pour éviter le lavage de cerveau, le don traditionnel marche très bien aussi !

30/05/2012

Mae Sens, le site de rencontres charitable

Après les sites de recontres pour riches, pour cougars, pour infidèles, pour beaux ou encore pour geeks, voici le site de rencontres pour philanthropes ! Mae Sens est un projet bielorusse hors du commun, qui permet de trouver l'âme soeur tout en aidant une organisation caritative.

Le concept est assez farfelu, puisque les participants doivent mettre aux enchères un moment passé avec eux. En clair, si vous souhaitez partager un dîner avec une personne inscrite, il vous faudra enchérir. Et si vous remportez le "lot", alors l'argent misé sera reveré à une association caritative.

Un mélange de Meetic et d'eBay

Vendre un dîner aux enchères n'est pas nouveau, mais jusqu'ici, la personne qui allait partager votre table était une célébrité - à l'image de Warren Buffet, qui organise un déjeuner de ce type tous les ans et a ainsi récolté des millions de dollars. Mais dans le cadre de Mae Sens, le convive est un illustre inconnu...

Le concept peut paraître étrange, voire même dégradant puisqu'il s'agit de se "vendre" aux enchères, comme un objet. Mais il pourrait représenter une manne pour les associations bénéficiaires. Car le succès des sites de rencontres ne se dément pas. Le chiffre d'affaires du leader européen Meetic s'élève par exemple à 186 millions d'euros. Et quand on connaît le succès d'un site d'enchères comme eBay, on comprend que les créateurs de Mae Sens aient voulu mixer ces deux grands succès de l'histoire du web.

Mais pour le moment, Mae Sens reste une expérimentation relativement modeste. En quatre mois, 11.200 personnes se sont inscrites sur le site et auraient donné 11.250 euros. Pas de quoi révolutionner les comptes des organisations caritatives. Pour le moment.

Source : Gobal Voices

22/02/2012

Le meilleur de la tech solidaire - 22.02.12

La générosité connectée s'invite partout
Alors que le don en ligne progresse tranquillement aux quatre coins du monde, d'autres façons de donner se développent grâce aux nouvelles technologies. Avec les réseaux sociaux et les jeux en ligne, il est dorénavant possible de faire un don... sans rien donner, si ce n'est un petit clic. Un article dont je suis la co-auteure.
> A lire sur le blog Faisons du numérique une chance

Dons records des clients d'eBay
63 millions de dollars ont été donnés en 2011 via eBay, soit 14% d'augmentation par rapport à 2010. Un record rendu possible grâce à eBay Giving Works, qui permet aux vendeurs de donner une partie de leurs recettes à une ONG. Mais aussi grâce à eBay Celebrity, entièrement consacré aux enchères de stars.
> A lire sur Philanthropy News Digest

Youtube forme les ONG à promouvoir leur cause
Il est facile de publier une vidéo sur Youtube, mais encore faut-il qu'elle soit vue... Ce qui est loin d'être le cas des productions de nombreuses ONG. C'est pourquoi Youtube leur propose, gratuitement, une formation afin d'apprendre à mieux se servir de cette plateforme pour communiquer, renforcer leur communauté et générer des dons.
> A lire sur Mashable

6 jours de jeux vidéo contre le cancer
Le groupe Speed Demos Archive a un seul et unique but : terminer des jeux vidéo le plus rapidement possible. Une raison d'exister bien loin du monde des ONG et pourtant, les hardcore gamers peuvent eux aussi se montrer philanthropes - et on peut en trouver plusieurs exemples sur ce blog. Pendant six jours, 90 joueurs se sont rassemblés à Washington pour finir au pas de course 107 jeux vidéo. Un événement retransmis en streaming et qui a attiré des milliers d'internautes... encouragés à donner à la fondation Prevent Cancer. En tout, 150.000 dollars ont été récoltés.
> A lire sur The Chronicle of Philanthropy

12/02/2012

Social media week : un RDV solidaire par jour

La Social media week, qui décrypte les nouvelles tendances du web et ses enjeux, reprend ! Du 13 au 17 févirer, elle aura cette fois lieu dans 21 villes autour du monde, de New York à Sao Paulo en passant par Moscou, Beyrouth ou Hong Kong. Et Paris bien sûr, où une série de conférences passionnantes est organisée.

Tech Ethique, qui participera à celle de mercredi, en a sélectionné quelques unes sur le thème du web solidaire. La liste complète des conférences est ici.

LUNDI / Nouveaux militants et révolution numérique : quels changements et quels acteurs ?
"L’actualité récente a montré que l’engagement militant avait clairement évolué et était très différent du militantisme traditionnel. Le but de cette conférence sera donc de mettre en avant les mutations récentes engendrées en partie par la révolution numérique. Ce sujet permet d’aborder des questions très variées comme la transparence, le politique et le numérique aujourd’hui, l’hacktivisme, le secret, etc."
> Lundi 13 février, 17h-19h, à l'ARF, 282 bd Saint-Germain

MARDI / Détournement d'images et médias sociaux : la killer ap politique ?
"L’objectif de cette conférence sera d’interroger la pratique du "braconnage" d’images tel que défini par Michel de Certeau, c’est-à-dire la résistance civile par la réappropriation. Mèmes, caricatures, satire… des productions amateurs ou professionnelles qui procèdent d’une altération de symboles, depuis le portrait de personnage politique à l’image issue de la culture populaire. Quels sont les enjeux derrière cette mise en circulation sur le web d’images détournées ? Doit-on y voir un "empowerment" d’une frange de la population, connectée, sur les industries culturelles ou les gouvernements ?"
> Mardi 14 février, 19h-21h, à la Cantine, 151 rue Montmartre

MERCREDI / Hackers, hacktivistes et ONG : quelles interactions ?
"Les nouveaux modes de mobilisation en ligne, qui se caractérisent par une forte horizontalité dans les modalités d’organisation, offrent de nouvelles perspectives pour l’engagement citoyen, bousculent parfois les ONG dans leurs champs d’actions traditionnels, proposent des interactions plus ouvertes avec le grand public et poussent les organisations à la transparence alors qu’en parallèle ces nouveaux hacktivistes pèchent parfois en lisibilité, cohérence, efficacité, etc… Il s’agit donc de réfléchir aux interactions entre hackers et ONG ouvre des perspectives passionnantes qui s’avèrent être de plus en plus prégnantes."
> Mercredi 15 février, de 18h à 19h30, à Médecins du Monde, 62 rue Marcadet

JEUDI / "Networked nonprofit" : comment les réseaux sociaux transforment l'action associative
"Par 'networked nonprofit', Beth Kanter, spécialiste des ONG désigne un mouvement de fond qui affecte durablement le milieu associatif : plutôt que de rester des 'forteresses', les associations doivent s’ouvrir, dépasser la notion de membre et devenir des 'plateformes' permettant à chacun de participer à la cause défendue. Après une introduction à la notion de 'networked nonprofit', quatre associations viendront vous présenter leur stratégie web".
> Jeudi 16 février, de 16h à 18h, à la Cantine, 151 rue Montmartre

VENDREDI / Mobilisation et collecte sur les réseaux sociaux
Il s'agit cette fois d'un Tchat "consacré à l’usage des réseaux sociaux pour sensibiliser et collecter des dons pour financer les projets associatifs et culturels. Découvrez le retour d’expérience d’associations qui utilisent Facebook et Twitter pour mobiliser et adressez toutes vos questions sur les mécanismes de collecte peer to peer."
> Vendredi 17 février, de 16h à 17h, plus d'infos ici.

07/02/2012

Le meilleur de la tech solidaire - 07.02.12

Un orphelinat reçoit 65.000$ grâce à Reddit
Reddit est un réseau social de partage de liens, où les internautes peuvent voter pour leurs contenus préférés. Celui proposé par TheLake a provoqué pas moins de 3.200 commentaires, 42.500 votes et... 65.000$ de dons. Et pour cause. L'histoire qu'il raconte est celle d'Omari, frappé au visage par une machette alors qu'il défendait un petit orphelinat au Kenya.
En conclusion, TheLake demande aux utilisateurs de Reddit de donner 2.000$ à l'orphelinat pour renforcer ses bâtiments afin que personne ne puisse plus s'y introduire. L'histoire a fait le tour du réseau et récolté bien plus que prévu. En remerciement, Omari et les enfants ont publié en ligne quelques photos d'eux.
> A lire sur le Huffington Post

reddit.jpg

Apple cherche à se donner une image philanthrope
Alors que les grandes entreprises de la Silicon Valley, à commencer par Microsoft, ont inscrit la responsabilité sociale dans leur politique, Apple a toujours fait office de vilain petit canard... Une image que Tim Cook, le nouveau PDG de la firme, compte transformer.
Après avoir rendu publiques les conditions de fabrication, pas toujours glorieuses, des produits Apple, il a récemment affirmé, lors d'une réunion privée, que l'entreprise avait donné 100 millions de dollars à des oeuvres charitables. Elle aurait notamment donné 50 millions à des hôpitaux, et la même somme à l'initiative RED, qui lutte contre le sida.
> A lire sur The Verge

Mieux que la Sécu, les réseaux sociaux !
Le Courrier International traduit un excellent article du New York Times, sur la façon dont les réseaux sociaux aident - parfois - les Américains en difficulté à se soigner. Sur Twitter ou Facebook, les appels aux dons se multiplient et certains connaissent un certain succès. Des sites spécialisés dans l'appel aux dons pour des soins médicaux commencent même à émerger.
> A lire sur le Courrier International